panel 2

Poursuite du redressement du marché du travail 2015-06-29

L’emploi salarié a de nouveau augmenté durant le premier trimestre 2015. La tendance légèrement positive de l’évolution de l’emploi de 2014 se maintient donc.

Image globale

Par rapport à la période analogue de l’année précédente, l’emploi salarié au cours du premier trimestre 2015 a légèrement augmenté, tant en nombre de postes de travail (+0,6%) qu’en volume de travail exprimé en équivalents-temps plein (+0,3%). Globalement, l’image d’un marché du travail en amélioration partielle demeure. C’est le secteur des “services commerciaux” qui donne l’impulsion à cette tendance positive avec le secteur de l’intérim comme force motrice.

La hausse de l’emploi par rapport au 31 mars 2014 est la plus marquée pour les travailleurs de 50-64 ans, en particulier pour les travailleuses (+1,5% pour les hommes, +3,9% pour les femmes). Par contre, le nombre de travailleurs de 40-49 ans baisse (-1,8% pour les hommes, -0,9% pour les femmes).

La croissance de l’emploi la plus élevée concerne les habitants de la Région de Bruxelles-Capitale (+1,3%). Dans chaque province, le nombre d’habitants occupés augmente, à l’exclusion de la Province de Limbourg (-0,4% par rapport au 31 mars 2014).

Industries et construction

La tendance de l’emploi dans l’industrie reste toujours négative en postes de travail (-2,0%) et en volume de travail (-3,3% équivalents temps plein) mais cette évolution négative trouve cette fois son origine dans le seul sous-secteur de la fabrication de matériels de transport, qui a subi la fermeture de Ford-Genk à la fin de 2014.

Dans la plupart des autres sous-secteurs, l’emploi diminue moins fort que les trimestres précédents alors que le nombre de jours de chômage économique diminue; par ailleurs l’industrie pharmaceutique continue à croître fortement.
L’emploi dans la construction continue à fortement reculer, aussi bien en postes de travail (-2,5%) qu’en volume de travail (-4,7%). La diminution du volume de travail est cependant fortement biaisée, sous l’influence de l’augmentation du nombre de jours de chômage pour intempéries au premier trimestre 2015 par rapport au premier trimestre 2014.

Les secteurs des services

Les services commerciaux ont enregistré une augmentation de l’emploi par rapport au premier trimestre 2014 (+1,6% en postes de travail, +1,4% en volume de travail).

Cette augmentation est essentiellement le résultat d’une forte croissance dans les services administratifs et de soutien, entre autres sous l’influence du redressement du secteur de l’intérim. Les secteurs du commerce, du transport, de l’Horeca et de l'information et de la communication connaissent, eux, une hausse modérée. L’emploi dans le secteur “Activités financières” souffre toujours de l’impact des restructurations qui ont été opérées ces dernières années mais la baisse de l’emploi y est moins forte.

Par rapport au premier trimestre 2014, les services non-commerciaux enregistrent une croissance d’environ 1,0% en postes de travail. Cette croissance est surtout due à l’enseignement (+0,7%) ainsi qu’au secteur de la santé humaine et de l’action sociale (+2,1%). L’évolution de l’emploi dans le secteur de l’administration publique reste toujours négative en raison des diminutions des budgets publics (-2%).

Le travail intérimaire

Le premier trimestre 2015 confirme la reprise de la demande en forces de travail via l'intérim. Fin mars 2015, le nombre de postes de travail comptabilisés est nettement supérieur à la situation de l’année précédente (+12,5% pour les ouvriers, +8,5% pour les employés). Le volume de travail exprimé en équivalents-temps plein a également été nettement plus élevé durant le premier trimestre 2015 par rapport au premier trimestre 2014 (+12,5% pour les ouvriers et +8% pour les employés).

La demande en forces de travail pour les activités de ménage pour les particuliers via le système des titres-services semble se stabiliser, avec toutefois une croissance sur base annuelle du volume de travail d’environ 2,5%.

^ Back to Top